Officiel

NOS EMOTIONS, UNE PASSERELLE POUR RETROUVER L'ENFANT EN NOUS

L'enfant intérieur ou le divin enfant comme le nommait Carl Jung, père de la psychologie analytique, est celui ou celle que nous avons été et qui, tapis dans l’ombre de notre mémoire émotionnelle, déverrouille la porte close sur nos souvenirs douloureux afin de nous éveiller, de nous guider tout en nous invitant à nous accepter tel que nous sommes. Il est la partie inconsciente de nous-même mais d’un point de vue psychologique cet enfant est bien réel, il vit, réfugié dans le subconscient, dans l’attente d’être pris par la main, d’être secouru ou tout simplement reconnu dans ses besoins. C’est par lui que nous pouvons devenir un adulte libre et laisser émaner, l’essence de notre nature véritable, notre entière raison d’être. C’est au travers de notre corps et de ses manifestations tant physiques, psychiques qu’émotionnelles que cet enfant intérieur s’exprime et demande à être entendu. Se réconcilier, le retrouver et renouer avec lui de façon bienveillante en répondant à tous ces manques, est à mon sens une étape essentielle pour enclencher un processus de guérison véritable et définitive.

On nous a appris que pour grandir, il nous fallait laisser de coté les enfantillages, être raisonnable, devenir cette grande personne que nos parents, nos éducateurs ou encore la société semblait attendre de nous. Insidieusement, de compréhension en interprétation, nous avons bafoué et étouffé nos forces originelles. L’innocence, la spontanéité, l’émerveillement, la joie de vivre, le ludisme ont pu faire place à des valeurs répondant à ce que l’on croyait que les autres attendaient de nous. Chacun d’entre nous a appris à exister de façon différente et aux travers de nos apprentissages et expériences, nous avons pu vivre des situations ou évènements douloureux, de ceux-ci nous avons tiré des conclusions, devenus croyances ou certitudes, laissant une empreinte au cœur de notre mémoire émotionnelle. De cette façon nous nous sommes éloigné de notre moi réel et avons laissé cet enfant dans les oubliettes de notre mémoire, au prise avec l’abandon, le rejet, l’impuissance, l’humiliation, l’injustice ou encore d’autres sentiments dévastateurs.

Comment utiliser nos émotions ?

Lorsque nous sommes confrontés à un événement ou à une situation, nous lui donnons une interprétation, une compréhension. Celle-ci va donner lieu à un sentiment qui pourra être agréable ou désagréable. Dans le cas où il est désagréable, il engendrera une ou des émotions négatives qui provoqueront des réactions. A celles-ci suivront des manifestations qui auront des répercutions d’ordre physique ou psychologique et qui peuvent selon leur intensité donner lieu à des symptômes ou maladies d’ordre psychosomatique. C’est par l’intermédiaire de ces émotions, réactions ou manifestations que l’enfant en nous appelle et demande à être entendu, secouru. Parce que l’émotion se manifeste extérieurement de manière brusque et intense elle est facilement identifiable. Le sentiment lui, est toujours intérieur, c’est ce qui nous touche, nous habite au plus profond de notre être et vient s’inscrire dans la mémoire émotionnelle. C’est en libérant cette mémoire des sentiments négatifs que la transformation devient réelle.

Je prendrais pour exemple le cas de notre couple il y a quelques années. Mon mari vivait de la colère à chaque fois que je lui demandais de l’aide pour des travaux à effectuer dans notre maison. Cela générait des conflits, des disputes car, ne comprenant pas son attitude, j’insistais et plus j’insistais et plus il se fermait. Sa fermeture m’était insupportable, elle me plongeait dans une grande déception qui provoquait larmes et révolte. Ce qu’il venait réveiller chez moi était une blessure d’indifférence, blessure que j’avais connue avec mon père lorsque je venais lui parler de quelque chose qui pour moi était très important et qu’il m’envoyait promener, sans prendre le temps de me répondre ou même de m’écouter. Cela ne correspondait pas à un évènement précis mais à un ensemble de situations. Mon interprétation était que je ne comptais pas à ses yeux, que je n’avais pas d’importance pour lui. Et quand mon conjoint se fermait, c’est cette blessure là qu’il venait réveiller, car l’enfant en moi était toujours blessé par l’indifférence de son père.

Mon époux, pour sa part, cachait derrière ses colères une grande tristesse. Ce que je venais, malgré moi, par ma demande réveiller en lui, était le sentiment de frustration d’un petit garçon qui devait rester travailler avec son père alors que ses camarades jouaient dans le quartier. Son interprétation dans ces situations était, que lui n’avait pas le droit au plaisir. Et chaque fois qu’il y avait à faire autour de notre maison, mon époux avait le sentiment de passer à coté de quelque chose. Lorsqu’il s’accordait du plaisir dans d’autres activités, il se sentait facilement coupable.

Afin de ne plus revivre de telles situations, nous devions nous libérer des sentiments qui refaisaient surface et venaient d’incompréhension en malentendus provoquer des disputes qui pouvaient ternir notre relation de couple.

Comment libérer les sentiments qui nous sont défavorables ?

Pour retrouver la situation passée en résonance, il me fallut fermer les yeux, revivre l’évènement, soit la fermeture de mon mari. Ressentir en moi à nouveau cette sensation de déception et lorsqu’elle est là, cette pression sur mon cœur, sorte de cumulus en formation, une tempête en préparation qui, de même manière envahie à nouveau ma poitrine, par sa présence moite et amère, je me pose cette question : quand est-ce que la petite Estelle a déjà vécu cette même émotion ? Il s’agit là de retrouver la même impression. Ce qui monte dans ce moment-là, est la situation à libérer. Mon père encore jeune… devant son atelier… en bas de la maison de mon enfance… et moi la petite de 5 ou 6 ans qui viens lui parler de son vélo dont les freins ne fonctionnaient plus….puis ses paroles… « laisse-moi tranquille, va jouer plus loin… » Je ressens cette enfant aux prises avec cette blessure d’indifférence, figée dans sa douleur, une toute petite fille qui pense qu’elle ne compte pas pour son papa. Et bien juste là, devant cet atelier, la femme que je suis, prend cette petite enfant au creux de ses bras, je la serre contre mon cœur jusqu’à en ressentir sa présence, sa chaleur et de elle à moi, car dans cet instant hors du temps, rien n’existe d’autre au monde que nous deux, je lui parle, je lui susurre les mots qu’elle aurait tant eu besoin d’entendre ce jour là, des mots simples emplis de douceur. De mots en paroles, de cœur à cœur je la remplis de cette énergie d’amour qui guéri tout. Je l’aime sans condition aucune, dans ce qu’elle est et je l’assure de l’importance qu’elle a pour moi.

Dans cet échange, comme par magie et de manière spontanée, monte alors en nous une grande confiance, un sentiment de sécurité intérieure, la joie, la légèreté et les valeurs qui exaltent la vie reprennent leur place. Les peurs disparaissent, nous nous sentons naturellement plus fort.

Dans ce travail intérieur il sera nécessaire que l’enfant aille s’exprimer à son père. Il est possible de pratiquer seul mais afin de bien pouvoir être connecté à votre enfance,  pour la première fois, je vous conseille vivement d’être accompagné par une personne expérimentée et apte à pratiquer cette méthode de libération.

 En résumé, chaque fois que nous sommes pris par une émotion, lui a précédé un sentiment qui, dans la plupart des cas, est en résonance avec notre passé.

Tous les traumatismes enfouis, les blessures et conflits non résolus, se retrouvent logés dans notre mémoire émotionnelle et nous font souvent réagir de manière complètement inappropriée. En libérant cette mémoire, nous libérons cet enfant, qui enchaîné par les griefs et ressentiments qu’il entretient, génère pour l’adulte que nous sommes bien des disharmonies. Les émotions négatives qui font irruption dans notre quotidien sont une passerelle pour nous permettre d’accéder au cœur de l’enfant qui nous habite, elles nous offrent l’occasion de le ressentir pour le retrouver et revenir totalement à lui. Nos émotions sont l’expression inconsciente des pensées et sentiments qui bien souvent entretenus depuis l’enfance génèrent tant de malaises, mal-être et maladie. La libération psycho émotionnelle (LPE) permet de reprendre contact avec l’enfant en espérance au plus profond de notre être.

En vous un enfant vous appelle de toutes ses forces, afin que vous lui offriez cet amour qui par voie de conséquence vous apportera santé, bien-être et complétude pour une vie épanouissante et sereine.

Estelle Daves                               « Rien dans notre inconscient n’est à rejeter, mais tout simplement à réaligner et à transmuter »   Carl Gustav Jung      

© Toute reproduction interdite